Lire en anglais

99 x HABITAT & HUMANISME

L’aventure des rencontres

Habitat et Humanisme a été créé en 1985, à Lyon, par Bernard Devert, un professionnel de l’immobilier devenu prêtre. Il s’agissait alors de créer un Mouvement de résistance à la crise du logement qui reléguait les populations modestes dans les premiers « quartiers ghetto » à la périphérie des centres villes rénovés et revalorisés.  Depuis 1985, la fédération Habitat et Humanisme est sur tous les fronts : solutions d’habitat innovantes, épargne solidaire, accompagnement des personnes en difficulté ou fragilisées, insertion et lien social,   c’est une association extrêmement dynamique de 4 200 bénévoles répartis dans 55 associations en France qui gèrent 8200 logements et 40 EHPAD.

J’ai connu la fédération Habitat et Humanisme, par mon amie Carol Poméon qui y travaille depuis 20 ans et occupe actuellement le poste de responsable du développement. Au fil de ces années, elle m’a raconté la vie de l’association avec humour et enthousiasme: les idées foisonnantes de Bernard Devert, les réunions techniques au ministère du Logement, les subtilités du code de la construction mais aussi et surtout, les rencontres avec les locataires, les bénévoles et ses collègues de travail.

Les rencontres… ces étincelles de tous les possibles, sont le cœur battant de la mission d’Habitat et Humanisme et du projet 99. En effet, ces deux projets reposent non sur la fusion factice des individualités mais sur la rencontre sincère des singularités. C’est avec cette idée des rencontres en tête qu’Astrid Perroy, responsable des Actions auprès des locataires au sein du Pôle Accompagnement et moi-même avons imaginé ce nouveau dispositif 99.

99 rencontres, 99 histoires, une communauté

Le but de ce nouveau projet de théâtre documentaire est d’écrire en collaboration une pièce de théâtre originale à 99 voix inspirées par les récits de vie des acteurs de l’association Habitat et Humanisme puis de monter avec eux une performance théâtrale.200 récits, souvenirs et rêves, de  salariés, bénévoles et locataires H&H ont été recueilli dans le cadre d’un projet d’écriture (appelé «recueil ») réalisé en collaboration avec l’association Ce que mes yeux ont vu de Septembre 2019 à Janvier 2020. Ce recueil constitue le fondement des ateliers collaboratifs d’écriture qui se tiendront de mars à mai 2020. Les écrivains venus de 5 régions de France vont produire des répliques de théâtre inspirées par les récits du recueil. En Juin 2020, une pièce polyphonique à 99 personnages sera composée avec ces courts monologues selon le format original 99. La pièce sera présentée au public avec des acteurs et actrices amateurs de H&H lors du festival « C’EST PAS DU LUXE ! » à Avignon, fin Septembre 2020.

Février 2020 : une journée de préparation aux ateliers d’écriture 99.

Le 19 février, je suis allée à Lyon pour animer une journée de formation/préparation aux ateliers d’écriture en compagnie des 7 animateurs d’ateliers venus de toutes la France. Pour la plupart, les ateliers d’écritures sont une pratique connue mais les contraintes créatives très spécifiques du dispositif 99 ont eu de quoi les dérouter. Comment aborder la collection de récits qui nous a été confiée ? Comment travailler cette matière première textuelle, composite et diverse?  Ne risque-t-on pas de trahir les personnes qui nous ont raconté leurs histoires ? Cette crainte est fréquente et je tente d’expliquer. Ecrire à partir d’un récit produit un double mouvement d’intimité et de distanciation. D’une part, on essaie de s’approcher au plus près de la réalité de l’autre, on se laisse toucher par le texte pour le comprendre de l’intérieur mais d’autre part, cet exercice d’empathie réveille aussi sa propre subjectivité, qui interprète, résiste et cherche sa voie « en disant les choses autrement ». Empoigner le récit d’autrui engage la présence, l’écoute et la responsabilité et la reconnaissance de ses limites. Tout comme une rencontre.

L’ENQUETE 99 (2014-2019)

Ce que le théâtre dit de la transformation

A la fin de l’année 2019, 450 participants des projets 99 des 4 années passées ont été invités à évaluer et partager leur expérience. De cette enquête ressort que le théâtre collaboratif fait plus que renforcer la confiance en soi, faciliter la prise de parole ou de créer un bon esprit d’équipe. Il permet aux participants de prendre le pouvoir dont ils ont besoin et accroit leur agilité émotionnelle. Une source d’inspiration pour qui s’intéresse à la transformation.

Prendre le pouvoir dont on a besoin

Malgré leur vie professionnelle bien remplie (68% des participants travaillent), une majorité de participants (57%) ont embrassé plusieurs rôles au sein du projet. Ils ont joué la comédie ET interviewé, ils ont chanté ET écrit, ils ont coaché ​​ET dansé. Ils ont décidé d’en faire plus. Pourquoi ? Leur motivation à participer était stimulée par le menu d’expériences proposées par le projet qui répondait à leurs besoins ou défis personnels. Le théâtre est un formidable espace d’expérimentation sans danger. Il offre la possibilité d’explorer de nouveaux territoires d’expression, de tester de nouvelles idées et les valider. Bien sûr, le théâtre améliore la confiance en soi et développe les capacités de communication, d’écoute, de projection vocale ou d’observation, mais surtout encore, il donne aux participants la possibilité d’acquérir le pouvoir dont ils ont besoin. En mettant des ressources à disposition des participants, ceux-ci jouent un rôle actif dans leur propre transformation.

La diversité est l’ingrédient secret d’une coopération réussie.

L’avantage n ° 1 du projet 99, identifié par 69% des participants, était de leur donner l’opportunité de rencontrer des personnes d’horizons différents et de se sentir intégrés dans une communauté. Le théâtre est par définition un travail collaboratif entre différentes personnes qui combinent leurs idées créatives et leurs compétences pour le meilleur résultat. Pour ce faire, les participants discutent, pratiquent, partagent leurs avis et bien sûr contribuent à l’œuvre. Mais le théâtre fait plus que de mobiliser un excellent esprit d’équipe. Comment ? Comprendre et incarner les personnages permet aux participants de mieux comprendre différents points de vue. Il les invite à prendre conscience de leur propre diversité intérieure, à valoriser celle des autres et ainsi à muscler leur empathie et à développer leur agilité émotionnelle. Créer de la diversité n’est pas un gadget du « politiquement correct » mais véritablement l’ingrédient qui met en mouvement la dynamique collective.

Téléverser le rapport (anglais)


Geneviève Flaven

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *