Ecrire en collaboration : retour d’expérience

“Retrouver au fond de soi, ce qui fait battre tous les cœurs, l’entendre ensemble, se le dire et le redire, pour l’écrire ensemble.”

Sr Nathalie Le Gac, 52 ans est professeur de théâtre au Collège du Carmel Saint-Joseph de Mechref (Liban) où elle vit depuis 7 ans. Cet été, elle est de retour en France, en Normandie pour un nouveau projet de vie…Elle a participé aux ateliers d’écriture en Français du projet 99 LIVE LEBANON. Elle raconte.

Pourquoi as-tu rejoint le projet 99 LIVE LEBANON ?

Un hasard (la providence, peut-être ?) et une belle rencontre avec Geneviève l’an passé lorsqu’elle était en repérage au Liban m’ont entraînée dans cette aventure qui s’est construite pas à pas. J’aime ce travail collaboratif où chacun apporte sa petite pierre à l’élaboration du projet tout en étant guidé et rassuré dans les étapes de construction. Je lui ai dit oui, sans aucune hésitation. Sa personnalité et ce projet quasi professionnel ont aussi répondu à mon souci de préparer et d’intégrer nos étudiants lycéens à un projet concret.

Qu’as-tu pensé de cette expérience des ateliers d’écriture à partir des épisodes de Zyara?

Ce fut une belle expérience de création, d’écoute et de découverte aussi. Je les ai vécus en ligne sur zoom. Ces ateliers ont été comme une petite bulle vivante connectée à des personnes inconnues et à leurs histoires mais reliés par les mots. J’ai aimé ces rendez-vous intimes et ouverts à d’autres intimités. Retrouver au fond de soi, ce qui fait battre tous les cœurs (de peur ou de joie), l’entendre ensemble, se le dire et le redire, pour l’écrire ensemble. En somme le travail de réécriture fait passer constamment du personnel à l’universel. Le fait de s’inspirer d’histoires réelles de Libanais et Libanaises nous fait aussi repérer la diversité des émotions et des sensations liées à l’histoire très particulière de la guerre et de ses cicatrices.

Quattends-tu de la suite du projet et notamment de la future pièce

Je serai un peu loin pour les prochaines étapes mais j’attends qu’une équipe de théâtre puisse mettre en parole et jeu la beauté des mots écrits, les rendre encore plus vivants et pour que toutes ces histoires qui portent notre humanité commune se transmettent encore et encore et nous fassent grandir en compassion, communion et amour des uns pour les autres…

Revenir à la newsletter

Texte de Sr Nathalie édité GF

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *