The 99 women shows took place on July 29 and 30, in Pune, 2016 played in Hindi, Marathi and English. Driven by Sonali Kothari and her team, 99 Indian women played for the first in front of an enthusiastic audience. Geneviève Flaven was there and she reports her impressions.

 

englishfrench

English version

An Indian Polyphony

I went to India for the premiere of 99 women that took place on 29 and 30 of July, in the city of Pune, State of Marathstra. It was almost chilly in Pune, their air as wet as soaked cotton. Under a gray sky, Indian cities are less violently colorful and look duskier. The road to the airport is a narrow path covered with muddy potholes, full of noisy motorcycles, arrogant SUVs, a few emaciated cows, and lots of carts.

I joined Sonali for the general review, sat in the aisles, and took notes in the dark. Two acts of the play lasted a little too long for my taste. In one act, women were posing, I thought. In the other, they were trying to mimic character’s actions and composed a rather obscure gymkhana. But everything else was excellent. The two choreographic pieces, the lyrical and colorful set design, the costumes, the violin solo of Rama Chobe were enchanting. After the rehearsal, many actresses came to me to have my opinion and we decided to meet for a final rehearsal the next evening.

We met at the school where all of the rehearsals took place over the last 5 months. The transportation difficulties in Pune combined with family obligations meant the whole group had to practice together on Saturdays and Sundays. Sonali provided sandwiches and tea. During this ultimate review, I did not seek to change much of the staging, but only to clean up unwanted gestures so that they became more obvious. I questioned the actress who played Nandita and she told me the life of her character (the maid who is in charge of Taj Mahal Hotel Suite Number 8). I reminded her that I know the story quite well and we laughed. Most actresses learned all the roles of the play. This is because, Sonali said, the understanding of the characters was not straightforward and actresses had to work hard to project themselves into other women’s existence. All women reported on the energy of their collective adventure. They were surprised that their families survived their temporary escape from household chores. Three Muslim women asked to change the lines of the beautiful Tatiana, who died before being old at the beginning of the second Act “Presence.” The fact is that I compared her feet and hands to those of the Prophet Muhammad. I had read somewhere that they were big (said Hasan ibn ‘Ali), and I guess my mistake came from the supposed foot print that is kept as a relic in Istanbul and shows an impressive 13 (US shoe size). By the beard of the Prophet, check your sources!

The day of the premiere, everything went smoothly. I repeated my introduction and final speeches (I was the guest of honor and got dressed in the Indian way trying to blend into the place). During the performance, the audience applauded after the lines they enjoyed. The few stories that related to homosexuality, addiction, or unwanted motherhood fell sometimes into a tense silence. After the show, I could see the explosive joy of all the actresses and feel the satisfaction of the public. Many men came to congratulate me after the show. Some said it was a very clever play, which from the mouth of an Indian man, is a way to give a compliment.

Was the 99 women project in India different from the 2015 project in Shanghai? Yes and no.

The show was an Indian, yet faithful interpretation of the original play. The text has been slightly modified. Fifteen fragments of the original version have been rewritten; many names have been changed. I fired a few characters that annoyed me a little and left space for new existences inspired by the Indian universe, sometimes mischievously revisited. I needed a goddess with fish eyes, a chess player, a saint, a Himalayan luger, a pothole maintenance lady, that’s for folklore. I also invented a few iconoclastic characters: a militant atheist, an environmentalist rapper, and a gay wedding arranger. The costumes, dances, music and stage movements, thought up by Sonali, Neeti, Shaberi and the coordinators had an Indian flavor, spicy and expressive, but the chromatic and energetic variations of the show were similar to the Shanghainese performance.

It is in the organization and conduct of the project itself that we can feel, in my opinion, the influence of the Indian context. First of all, this is due to the personality of Sonali, her thoughtfulness and perfectionism. The production team was bigger than the Shanghai core team and they received more precisely defined assignments: a battalion of coordinators, and even a coordinator of coordinators, separately responsible for logistics, lighting, costumes, set design, and sound. Sonali chose to give to each of them a safer position, while it meant for her the necessity to keep an eye on everything. In China, the structure was lighter, which I thought was more suitable to the speed, opportunism, and pragmatism of Shanghai. In India, where everyone has an opinion, where everything must be discussed in details, Sonali’s quiet drive managed to integrate everything perfectly.

Then, the Indian women took ownership of the project with their own concerns that partially overlap the motivations of the Shanghai participants. Many women said that the experience reconnected them with a long hidden desire for expression stifled under the weight of obligations or conventions to which they consented without ever realizing. They went out of their comfort zone, with more fears but also a greater desire to assert than that of their colleagues in Shanghai.

The Shanghai participants wanted to go on stage, make new friends, overcome their shyness, confront the diversity of womanhood, know more about themselves, or simply go out of their everyday life. No doubt the Indian women also shared those motivations. But I felt that the awareness of their collective strength played a decisive role in overcoming their fears and in the extraordinary success of their project.

All the benefits of the play will be donated to the project ‘SWAVLAMBAN’ of the organisation, Chaitanya Mahila Mandal, based in Moshi, near Pune.

Geneviève Flaven

www.99women.org

 

 


Version française

Polyphonie indienne

Je suis allée en Inde pour le spectacle des 99 women qui avait lieu les 29 et 30 juillet dans la ville de Pune, état du Marathstra. Il faisait presque frais à Pune ; le ciel était mouillé comme un coton imbibé. Sous les nuages, la ville indienne est moins violente mais plus piteuse ; la route de l’aéroport est une voie étroite bordée d’ornières boueuses où s’agglutinent des motos bruyantes, d’arrogants SUV, quelques vaches étiques et pas mal de charrettes à bras.

J’ai rejoint Sonali (la directrice du projet) pour la générale, me suis installée dans les travées et pris des notes dans le noir. Deux actes sur les sept que compte la pièce se traînaient un peu trop à mon goût. Dans l’un, les femmes prenaient la pose, trop emplies d’elles-mêmes. Dans l’autre, elles s’essayaient au mime composant un gymkhana souvent incompréhensible. Mais tout le reste était bon, excellent même. Les deux chorégraphies, la scénographie lyrique et colorée, les costumes, les variations au violon de Rama Chobe me plaisaient beaucoup. Après la générale, les actrices sont venues me trouver pour avoir mon avis et j’ai convoqué les deux groupes problématiques pour une ultime répétition le lendemain soir.

On s’est retrouvé dans l’école où se sont tenues toutes les répétitions au cours des 5 derniers mois. Les difficultés de transport à Pune combinées aux obligations familiales avaient en effet imposé le rendez-vous de toute la troupe les samedis et dimanches après-midis. Sonali fournissait les sandwichs et le thé. Je n’ai pas cherché à changer la mise en scène mais seulement à lisser les scories inutiles et pousser les gestes à fond pour qu’ils deviennent enfin visibles. J’ai interrogé l’actrice qui joue Nandita et elle me raconte la vie de son personnage (la femme de ménage en charge de la suite 8 de l’hôtel Taj Mahal). Je lui dis en riant que je la connais assez bien : après tout c’est moi qui ai écrit son histoire. Beaucoup ont appris tous les rôles. C’est que, me dit Sonali, la compréhension des personnages n’allait pas de soi. S’approprier d’autres vies que la sienne demande un effort.

Toutes me parlent de leur aventure collective. Elles s’étonnent que maris et enfants aient survécu à leur désertion partielle des tâches ménagères. Je plaisante avec elle : « l’homme finit par se nourrir lui-même quand la femme n’a plus le temps de lui préparer ses chappattis ». Trois femmes de confession musulmane ont demandé à changer le texte de la belle Tatiana, morte avant d’être vieille au début de l’acte 2 Présence. Je comparais ses pieds et ses mains à ceux du prophète Mahomet. J’avais lu quelque part qu’ils étaient grands (dixit Hasan Ibn ‘Ali) et j’avoue avoir été trompée par l’empreinte supposée de pied de Mahomet conservée à Istanbul qui annonce un bon 48. Par la barbe du prophète, parlons de la fiabilité des sources!

Le jour de la première, tout se passe dans le calme. Je répète mon allocution d’entrée et de fin (je suis l’invitée d’honneur et pour tenter de me fondre dans le décor, me suis habillée à l’indienne). Au cours de la représentation, les spectateurs applaudissent après les répliques qui les transportent. Les quelques histoires où je fais allusion à l’homosexualité, l’addiction ou pire encore à des maternités non désirées tombent dans un silence crispé. Après le spectacle, c’est la joie explosive des femmes et du public. Beaucoup d’hommes viennent me féliciter. Ils ont trouvé la pièce très intelligente, ce qui dans la bouche d’un homme indien, est à coup sûr un compliment.

Le projet des 99 women en Inde en 2016 est-il différent de l’aventure shanghaienne de Shanghai en 2015 ? Oui et non.

Le spectacle était une interprétation indienne tout à fait fidèle à la pièce d’origine. Le texte a certes été légèrement modifié. Une quinzaine de fragments de la version originale ont été récrits, beaucoup de prénoms ont été changés. J’ai congédié quelques personnages qui m’ennuyaient un peu et fait de la place pour des existences inspirées par le monde indien, parfois malicieusement revisité. Il me fallait une déesse aux yeux de poisson, une joueuse d’échecs, une sainte, une lugeuse himalayenne, une réparatrice de nid de poule, voilà pour le folklore. J’ai aussi inventé quelques figures iconoclastes : une athée militante, une rappeuse écologiste ou une arrangeuse de mariage homosexuel. Les costumes, les danses, la musique et les mouvements de scène, pensés par Sonali, Neeti, Shaberi et les coordinatrices étaient d’un goût indien, chatoyant et expressif mais les variations chromatiques et énergétiques du spectacle étaient semblables à la version shanghaienne.

C’est dans l’organisation et la conduite du projet lui-même qu’on sentira à mon avis l’influence du contexte indien. Cela tient tout d’abord à la personnalité de Sonali, à sa prévenance, à son perfectionnisme. L’équipe de production était plus fournie qu’à Shanghai, et les missions plus précisément définies: un bataillon de coordinatrices, et même une coordinatrice des coordinatrices, des responsables de la logistique, des lumières, des costumes, des décors ou du son. Ainsi, Sonali a pu donner à chacune la sécurité d’une fonction, tout en accroissant pour elle la nécessité de garder un œil sur tout. En Chine, l’encadrement était plus léger ce qui convenait mieux je crois à la vivacité, à l’opportunisme et au pragmatisme de Shanghai. En Inde où chacun a une opinion, où tout doit être longuement discuté, la force tranquille de Sonali a réalisé des miracles d’intégration.

Ensuite, les femmes indiennes se sont emparées du projet mues par leurs propres préoccupations qui recoupent en partie celles des actrices de Shanghai. Beaucoup ont dit que l’expérience les avait réconciliées avec un désir d’expression longtemps étouffé ou négligé, sous le poids d’obligations ou de convenances auxquelles elles consentaient sans toujours s’en rendre compte. Elles sont sorties de leur zone de confort, avec plus de craintes mais aussi un désir d’affirmation plus ardent que leurs collègues de Shanghai.

Les femmes de Shanghai voulaient monter sur scène, se faire des nouvelles amies, vaincre leur timidité, se confronter à la diversité du féminin, mieux se connaître, sortir du quotidien…Nul doute que les femmes indiennes partageaient aussi ces motivations mais j’ai senti que la prise de conscience de leur force collective avait joué un rôle décisif dans le dépassement de leurs peurs et dans la réussite, magnifique, de leur projet.

Tous les bénéfices des spectacles seront reversés au projet «SWAVLAMBAN» de l’organisation, Chaitanya Mahila Mandal, basé à Moshi, près de Pune.

Genevieve Flaven

www.99women.org

[back to the top]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *