Q & A With an Interviewer

As interviews for the 99 project get ready to kick off, I shared an afternoon coffee with one of the interviewers to get the scoop. I met Sylvie on Anfu lu. She is one of the facilitators leading the project’s interviewers, and she had recently interviewed someone to collect a story for the play. Who better to mine for details? eng- fr

english – french

Sylvie IR2 post

English version

As a member of the communication team, I have the idea to share my questions about how an interview is conducted, what is happening during the interview.

Because I volunteered to do some interviews for the project, myself, there was a lot I wanted to know about how the whole thing works. I was curious:

Did you know the person you were interviewing?

How did you decide where to meet?

Did you have a prepared list of questions before going in?

It turns out that Sylvie did know “Ann,” the person she interviewed, but Ann was more like a friend of a friend. In fact, Sylvie said this was kind of unusual because actually it’s better to interview someone that you don’t know at all – that way you can get the full experience of discovery. The interviewers will be matched with story tellers who live nearby or who have similar schedules. Who doesn’t love convenience? And we will seek to avoid to match people who know each other except if they have specifically asked.

Ann chose the location: a little café that was easy for both of them to get to. Sylvie thought it was nice that Ann picked the venue because interviewees might feel more relaxed in a place they already know – also, Sylvie got to discover a new coffee shop!

I looked down at the list of questions I had prepared to ask her, and I was wondering how and when to work them into the conversation. Had Sylvie felt the same way when she met with Ann? She told me that the 99 project does have a list of questions that they give to interviewers, but there was no pressure in the interview to ask all of the questions or to “stick to a script.” Sylvie just looked over the list beforehand, chose a few that seemed interesting, and worked them into the conversation if the opportunity came up. She describes the process as “organic.” I wanted to know, how do you get the interview started? Sylvie recommends asking the interviewee if they’re ready, reminding them that they are free to decline any questions, and asking if it’s okay to record the conversation. “Remember,” said Sylvie, “they are volunteers. They have chosen to share their stories, to bring their contribution to the 99 project. They are in, just as you are!”

Sylvie was making the whole thing sound kind of easy, but there had to be more to it than that, right? I thought, “Were you nervous? Have you ever interviewed someone before? Wasn’t it difficult?

Okay, so Sylvie does talk to people for a living, so it’s not exactly her first time having a one-to-one with a stranger. But she pointed out that we all have experience meeting new people; anyone who’s been to a party or started a new job knows what it’s like. She didn’t feel nervous so much as curious about what would happen, and in the end she said it was really beautiful. Sylvie described a sort of “natural flow” that developed in her interview; their talk followed the normal codes of conversation that everyone is familiar with and then, very naturally, moved beyond them. She said it was a little more intimate than day-to-day conversation, but that made it more interesting, not especially more difficult.

Were there any awkward moments? How did you handle them?

Ann’s story spans decades, threads around a complicated immigration from her home country, raising a family, and finally moving to Shanghai. Her life, like anyone’s, has both difficult and wonderful moments. Hearing this got me thinking about the interviews I would be doing; I was a little nervous that the conversations might be quite intense. I wasn’t sure what I’d do if they were or what was expected of me exactly. Sylvie shared that there were a few moments when she could sense Ann hesitating or resisting a question. “Mostly,” Sylvie told me, “I just stopped and gave her some room. But sometimes I said, “Is it okay if we stay there a moment?’ when it was a very good part of the story and I wanted to hear more.” If the interviewee becomes very emotional, it’s okay just to say, “Are you okay?” “Do you need a moment?” or “Is it okay to continue?” Give control to the interviewee, Sylvie suggested.

Did your interviewee ask you any questions?

Did you comment or share your own opinions about her story?

“Ann did ask me some questions, and of course that’s okay. By reversing the roles sometimes, maybe it gave her a little more space or let her take the focus off of her story for a while.” Sylvie told me that it’s important to remember the interview is a two-way conversation; it’s not a formal, structured meeting. Just “going with the flow” worked best for Sylvie and Ann. Sylvie told me that she had commented on Ann’s story and shared a few opinions, although most of what Sylvie said was just to keep the conversation going. Ann did most of the talking and Sylvie practiced what she described as “deep listening.” Much of the time, Sylvie said, “I was amazed by Ann’s story, and I couldn’t think what to say. I needed time to absorb it.”

What was the best question?

Would you say you felt a connection with your interviewee? What was it like?

The best questions, according to Sylvie, “were the ones [Ann] wasn’t expecting me to ask. It was very interesting to see her reaction.” The interview, from everything Sylvie was telling me, was very real, very present. When someone shares their story like this, I guess you can feel like you know them a little, even after a short time. Sylvie said that she did feel a connection with Ann. I asked if Sylvie would consider Ann a friend now. “It’s difficult to say what is a friend in Shanghai – I would call [Ann] if I needed to, and I would answer her call.”

How long did the interview last? And what did you get out of the experience?

Most of the 99 project interviews take about two hours, but Ann and Sylvie talked for three. It’s best to give yourself extra time so that you don’t feel rushed. Sylvie described the interview as a process of “discovery” for both herself and Ann. It was a chance to hear an inspiring story, an opportunity to just listen, trust your intuition, and see what develops. “It was beautiful.”


French version

[back to the top]

Questions et réponses avec un Interviewer

Alors que les interviews pour le projet 99 vont commencer, j’ai pris un café avec un des interviewers pour mieux comprendre comment ça se passe. J’ai rencontré Sylvie sur Anfu Lu. Elle est aussi l’une des coordinatrices des groupes d’interviewers et elle venait justement d’interviewer une personne pour apporter des parties de son histoire à l’écriture de la future pièce. C’était parfait pour avoir des détails.

En tant que membre de l’équipe de communication, j’ai eu l’idée de poser des questions à une interviewer et de partager ses réponses pour savoir en fait comment se passe une interview !

Parce que je fais aussi partie d’une des équipes d’interviewers dans ce projet, il y avait beaucoup de choses que je cherchais à découvrir sur comment ça se passe en fait :

Connais-tu la personne que tu allais interviewer ?

Comment avez-vous choisi l’endroit où vous alliez vous rencontrer ?

Avais-tu une liste de questions préparées avant l’interview ?

Il s’avère que Sylvie connaissait “Anne”, la femme qu’elle allait interviewer, mais que “Anne” était plutôt une amie d’amie. En fait, Sylvie a dit que c’était plutôt un contexte inhabituel, et que c’était mieux d’interviewer  quelqu’un que tu ne connais pas – pour avoir une expérience d’une première totale découverte. Le choix des paires interviewé – interviewer sera fait sur la base de la proximité géographique (Shanghai est grand) et sur la disponibilité de chacun. Autant faire simple ! Et au niveau de l’organisation, nous chercherons à éviter que les personnes se connaissent, sauf si elles en ont fait la demande explicite au préalable.

“Anne” a choisi le lieu: elle a opté pour un petit café que était pratique pour toutes les deux. Sylvie pense que c’était une bonne idée que “Anne” choisisse le lieu parce qu’ainsi l’interviewé peut se sentir plus à l’aise dans un café qu’il connait déjà – et Sylvie a découvert un nouvel endroit !

J’ai regardé la liste de question que j’avais préparée et je me demandais quand et comment l’utilisée dans le fil de notre échange. Est-ce que Sylvie s’est posée la même question quand elle interviewait “Anne”. Elle m’a dit que dans le cadre du projet 99 et des ateliers préparatoires, il y a bien une liste de questions qui est donnée aux interviewers et qu’ils l’arrangent comme ils le veulent, mais qu’il n’y a aucune obligation à ce qu’un interviewer pose toutes ces questions et seulement ces questions. Sylvie en fait avait relu sa liste avait de commencer son interview et, les ayant en tête, elle les a utilisée par moment au fil de la conversation, quand l’opportunité se présentait. Elle décrit le process comme plutôt “organique”. J’ai voulu savoir “par quoi elle avait commencé son interview?” Sylvie recommande de commencer très simplement en demandant à l’interviewé s’il est prêt, en lui rappelant qu’il est libre de décliner n’importe quelle question, enfin en lui demandant son accord pour enregistrer la conversation. “Souviens toi bien”, rappelle Sylvie, “ils sont volontaires. Ils ont choisi de partager leur histoire, d’apporter leur contribution à ce projet 99. Ils en font partie comme toi !”.

A écouter Sylvie, tout semble très simple, mais ca doit bien être un peu plus compliqué que ça quand même ? me disais-je. “Etais-tu nerveuse ? Avais-tu déjà une fois interviewé quelqu’un ? N’est-ce pas en fait quand même difficile ?”

Okay, donc c’est clair, Sylvie parler avec des gens, c’est son métier, donc ce n’est pas vraiment la première fois qu’elle parle en face à face  avec un inconnu. Mais elle m’a fait remarqué que nous avons tous l’expérience de parler avec des gens que nous ne connaissons pas au début ! C’est bien le cas lors d’une soirée avec du monde ou bien lorsque l’on commence un nouveau travail. Elle ne se sentait pas tant nerveuse que curieuse de ce qui allait se passer, et au final, elle a dit que c’était “magnifique”. Sylvie décrit une sorte de cours que suit tout naturellement l’interview. Tu vois il y a une expression en anglais, on parle de “natural flow”. “Anne” et Sylvie ont commencé à parle de choses et d’autres, comme on fait toujours et puis très naturellement elles ont commencé à explorer des sujets plus spécifiques.  Sylvie a dit que c’était sans aucun doute au final une conversation plus intime qu’une conversation habituelle, amis que c’était surtout plus intéressant sans être difficile.

Y-a-t-il eu des moments un peu bizarre ? Comment as-tu fait alors ?

La vie d'”Anne” se déroule sur plusieurs décennies, avec des immigrations successives, une famille qui grandit, et finalement une arrivée à Shanghai. Sa vie, comme pour tout un chacun, est faite de moments difficiles et de moments fabuleux. Ecouté tout cela m’a fait penser à l’interview que j’allais faire en tant qu’interviewée. Je me sentais un peu tendue par la perspective qu’un échange intense. Je ne savais pas trop ce que je ferais si c’était le cas et si même c’était le but en fait. Sylvie m’a dit qu’il y a eu très peu de moments où elle a senti que “Anne” hésitait à répondre ou résistait. Dans ces moments là, “j’ai fait une pause, je suis passée à autre chose pour la laisser respirer” ajoute Sylvie. “Et il y avait aussi tous les moments où “Anne” avait envie de poursuivre, et alors je l’encourageais à m’en dire plus”. “Si tu sens qu’il y a trop d’émotions, tu peux juste dire “Ca va ? Veux-tu t’arrêter un peu ? Redonne le contrôle à l’interviewé, c’est tout” conseille finalement Sylvie.

Est-ce que ton interviewé t’as posé des questions ?

As-tu commenté ses experiences ou bien as-tu partagé en retour tes propres expériences ?

“Anne” a effectivement posé des questions à Sylvie, mais ca allait. En intervertissant les rôles, ça donnait peut-être un peu plus d’air à l’échange, ça lui permettait peut-être de prendre du recul par rapport à sa propre histoire. Sylvie me rappelle que l’interview, c’est en fait une conversation,  une échange entre deux personnes, et qui dit échange dit parole des deux côtés. Ce n’est pas quelque chose de structurée comme une réunion, avec d’un côté des questions et de l’autre des réponses. C’est plus fluide, plus intuitif. Il suffisait de suivre le fil des sujets abordés les uns s’enchainant naturellement après les autres. Sylvie a effectivement partagé quelques expériences mais elle a surtout veillé aux enchainements. “Anne” a vraiment presque toujours parlé, Sylvie était totalement absorbée par ce qu’elle entendait, il lui fallait du temps pour recevoir ce qu'”Anne” disait, et juste elle aidait “Anne” par ses questions à développer son histoire. C’est ce que Sylvie appelle ‘l’écoute active”.

Quelle a été la meilleure question?

Dirais-tu que tu as senti une sorte de connection avec ton interviewé ? De quelle sorte ?

Les meilleures questions selon Sylvie, ce sont celles auxquelles “Anne” ne s’attendaient pas !  C’était très intéressant de voir sa réaction.  Mon interview avec Sylvie était très vraie, nous étions très dans la présence l’une à l’autre. Quand quelqu’un partage son histoire comme cela, je pense que tu as l’impression d’un peu mieux connaitre cette personne, même si en fait tu as partagé un très court moment. Sylvie dit que oui, elle a eu le sentiment d’une connection particulière avec “Anne” durant l’interview. Je lui ai demandé si elle considérait que “Anne” était alors devenue une amie. “C’est difficile de savoir ce que c’est qu’un ami à Shanghai” a réponduSylvie, “mais oui je l’appelerais si nécessaire et je répondrais à son appel aussi”.

Combien de temps a duré l’interview ? Et qu’en as-tu retiré ?

La plupart des interviews du projet 99 durent deux heures, mais avec “Anne” Sylvie a échangé pendant trois heures. Il vaut mieux prévoir un peu de temps en plus. Sylvie décrit l’interview comme un chemin de découverte et pour l’interviewé et pour l’interviewer. C’était une chance d’écouter une histoire inspirante, d’avoir l’opportunité de jsute écouter, faire confiance à son intuition et voir comment la conversation se développe. “C’était juste magnifique”.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *