Faire entendre la voix de ceux qu’on n’entend pas

La pièce 99 VOIX donne à entendre les voix d’hommes et de femmes raconter des épisodes de leur existence. Ces récits de vie singuliers se croisent, se répondent et dessinent le portrait vivant du mouvement Habitat & Humanisme dans sa diversité.

99 VOIX a été écrite en collaboration avec les membres d’Habitat & Humanisme et inspirée par deux cents récits de vie collectés auprès du mouvement. Un travail de réécriture en ateliers de mai à juillet 2020 a transformé ces témoignages en courts monologues de théâtre pour composer une pièce polyphonique à 99 voix selon l’idée originale de PROJET 99. La pièce a ensuite été montée en lecture-performance avec des acteurs et actrices amateurs d’Habitat & Humanisme et présentée pour la première fois en Septembre 2020.

"

Le “pouvoir de dire” des plus fragiles n’est pas une parole en l’air chez Habitat et Humanisme. A. Perroy

A l’origine du projet, des rencontres

J’ai connu la fédération Habitat et Humanisme, par mon amie Carol Poméon qui y travaille depuis 20 ans et occupe actuellement le poste de responsable du développement. Au fil de ces années, elle m’a raconté la vie de l’association avec humour et enthousiasme: les idées foisonnantes de Bernard Devert, les réunions techniques au ministère du Logement, les subtilités du code de la construction mais aussi et surtout, les rencontres avec les locataires, les bénévoles et ses collègues de travail.

Créé en 1985 par Bernard Devert, le mouvement Habitat &Humanisme rassemble 55 associations locales et agit en faveur du logement social, de l’insertion et de la dépendance (40 maisons de retraite, 8 000 familles accompagnées).

Les rencontres… étincelles de tous les possibles, sont le cœur battant de la mission d’Habitat et Humanisme comme du PROJET 99.  Susciter la rencontre sincère des personnes dans leur diversité et leur singularité , fluidifier les relations, déjouer les rôles convenus et susciter un déplacement, une transformation individuelle et collective, ce sont avec ces idées en tête qu’Astrid Perroy, responsable des Actions auprès des locataires au sein du Pôle Accompagnement et moi-même avons imaginé le dispositif 99 VOIX.

Alors qu’il est encore promoteur immobilier, Bernard Devert rencontre une dame âgée qui doit être relogée dans le cadre d’une opération de rénovation: elle fait une tentative de suicide. C’est cette rencontre qui l’a conduit à fonder Habitat et Humanisme.

Mon journal de bord

L’écriture participative à grande échelle et….en ligne

Fin avril, les ateliers d’écriture en ligne démarrent

Avec le confinement qui débute à la mi-mars 2020, l’organisation du projet est bousculée. Nous avions en effet prévu des ateliers en régions menés par une dizaine d’animateurs que j’avais rencontrés et formés à la méthode d’écriture 99 en Février au siège d’Habitat et Humanisme à Lyon. Après six semaines de confinement, fin avril, je propose à Astrid de dématérialiser les ateliers d’écriture et nous testons l’idée la semaine suivante.

image004

Un recueil de témoignages comme source d’inspirations

Les ateliers d’écriture d’Habitat et Humanisme sont basés sur un matériau extraordinaire. Il s’agit d’un recueil de 200 histoires de toutes sortes: impressions, souvenirs, poèmes et même de courts essais politiques collectés fin 2019 début 2020 auprès des bénévoles, des locataires et des employés du mouvement en collaboration avec l’association Ce Que Mes Yeux Ont Vus et qui a bénéficié du patronage de la Commission nationale française pour l’UNESCO.

Ces textes sont le point de départ des ateliers et la pierre angulaire de la future pièce 99 VOIX. Au cours des sessions d’écriture, j’introduis deux textes et propose des pistes de réécriture aux participants. Nous écrivons ensemble nos fragments selon le format 99 pour produire les répliques de la future pièce puis nous les lisons à voix haute. Après l’atelier, chacun m’envoie ses contributions.

7b4c74d10a65481fc1a0e9154cc21233nGedLG60kIPizwKJ-0
"

Souvent je rêve,

Parfois je me souviens,

Un jour j’ai rencontré…

"

Empoigner le récit d’autrui engage la présence, l’écoute et la responsabilité et la reconnaissance de nos limites. Tout comme une rencontre. G.F

Dès le 4ème atelier, je constate avec une joie toujours renouvelée le déplacement subtil que l’écriture opère sur les textes comme sur les participants. Au début, de nombreux participants n’osent pas endosser les textes de personnes très différentes d’eux. Ils sont réticents à porter les mots d’un autre, différent, inconnu, à se laisser toucher et à l’exprimer. Mais ils n’osent pas non plus s’affranchir du texte et le traiter avec une joyeuse désinvolture. Mais il arrive un moment où le changement se produit et où un participant s’exclame : “le texte, il faut lui rentrer dedans”.

Ecrire à partir d’un récit produit un double mouvement d’intimité et de distanciation. D’une part, dès la première lecture, on essaie de s’approcher au plus près de la réalité de l’autre, on se laisse toucher pour le comprendre de l’intérieur; mais d’autre part, cet exercice d’empathie  réveille aussi sa propre subjectivité, qui interprète, résiste et cherche sa voie en disant les choses autrement . Empoigner le récit d’autrui engage la présence, l’écoute et la responsabilité et la reconnaissance de nos limites. Tout comme une rencontre.

Polyphonie en ligne

De Mai à Juin, huit ateliers d’écriture en ligne ont permis d’écrire de nombreux fragments inspirés par 200 témoignages de vie des membres du mouvement Habitat et Humanisme, Pour célébrer la production de nouveaux récits, la lecture d’une sélection de textes se tient le 25 juin en ligne.

Un été d’édition et de composition

Au cours du mois de juillet, nous avons mené ensemble un travail d’édition complémentaire pour couvrir la totalité des textes du recueil. En effet, il fallait pour que la future pièce 99 VOIX reflète la diversité des voix, que chaque témoignage généreusement confié par les membres du mouvement Habitant et Humanisme soit lu et entendu. Les trois ateliers des 2,16 et 30 juillet sont les points de rencontre de cette nouvelle aventure d’écriture et d’édition plus technique et plus littéraire. Plus de 80 nouveaux textes sont écrits par une dizaine de rédacteurs assidus que j’accompagne par email.

En août, je compose 99 VOIX (elle est achevée le 22 août) après avoir discuté des lignes dramaturgiques avec Sarah Bussy Un groupe de bénévoles, locataires et salariés de Habitat et Humanisme 06 porteront ces 99 VOIX et seront les ambassadeurs de l’ensemble du mouvement. Mais combien seront ils ? six, huit, je ne sais pas encore. Je fais le choix de créer 6 personnages et un narrateur pour m’adapter à des distributions variables.

Une rentrée au théâtre

Envers et contre tout.

Nous nous faisions une joie de jouer 99 VOIX le samedi 26 septembre à 11h au théâtre Gilgamesh Belleville à Avignon dans le cadre du festival C’EST PAS DU LUXE! Nous n’avions pu organiser que cinq répétitions en Septembre dans l’une des résidences d’Habitat et Humanisme à Nice avec une petite troupe formée par 6 personnes, Nadia N’Nonga, Katia Kowalski, Omontayo Bada, Carole Lai Tong, Michel Vadé et Abdel Tebaa à l’oud. Nous étions sur le fil, absolument sans filet mais prêts à monter en scène. Le vendredi 18 Septembre, nous apprenons que le festival est reporté à cause des conditions sanitaires. Nous nous y attendions un peu. L’équipe locale des bénévoles et salariés d’Habitat et Humanisme (Didier Maze-Launay, Mario Ulacia, Karen Medina, Charlotte Modiano) et bien sûr Astrid Perroy à Lyon se mobilisent pour que nous puissions jouer tout de même la pièce en ligne le 25 Septembre dans les locaux d’Habitat et Humanisme à Nice. Une centaine de personnes suivent la représentation sur leur écran tandis que nous jouons devant un mur, sans voir, ni entendre le public. Les acteurs se montrent remarquablement concentrés et engagés et la lecture suscite des commentaires émouvants venus de toute la France.

A l’issue de la représentation, nous apprenons une terrible nouvelle. Une des résidentes, Géraldine, qui avait participé au recueil et aux ateliers de réécriture est décédée brutalement dans la rue, des suites d’un arrêt cardiaque. Elle avait 40 ans. Trois textes d’elle sont dans la pièce et l’un d’eux témoigne avec force de sa confiance retrouvée. Comme le dit Bernard Devert, président d’Habitat et Humanisme : « La vie l’avait blessée mais elle avait trouvé avec habitat et Humanisme un espace d’amitié et de fraternité ; un avenir se faisait jour. Géraldine nous laisse un magnifique message et plus encore une source pour que ne se tarisse pas notre détermination à susciter des horizons de lumière pour donner à voir des arcs en ciel ».  La pièce lui est dédiée.

Dans les semaines et les mois qui viennent ces 99 VOIX vont résonner encore, de multiples manières. Nous n’avons pas dit notre dernier mot.   

"

J’ai eu plaisir à regarder la pièce. J’ai trouvé les textes magnifiques et j’ai été époustouflée par la représentation : beaucoup d’émotions s’en dégageaient, j’ai plusieurs fois eu les larmes aux yeux !

Un très grand BRAVO à l’ensemble des comédiens pour leur magnifique interprétation qui a fait vivre autrement ces très beaux textes.

99 VOIX, une pièce de théâtre documentaire et participative inspirée par les récits de vie des membres du mouvement Habitat et Humanisme

Editée et composée par Geneviève Flaven,

Inspirée par les témoignages de locataires, bénévoles, résidents d’EHPAD, personnes réfugiées et salariés des 55 associations du mouvement et rassemblés dans le recueil édité par la fédération Habitat et Humanisme et réalisé par l’association Ce Que Mes yeux Ont Vu,

Ecrite en collaboration avec les participants des ateliers d’écriture qui ont eu lieu en ligne de début mai à fin juillet 2020. Avec Agnès, Alain, Anne Michel, Bazarette, Catherine Montlouis, Danielle, Didier M., Edine, Géraldine, Josette, Laurence, Mademoiselle A., Marc, Marie France, Marie-Noëlle Laguedani, Martine Thomas, MC Marec, Michel Vade, Nathalie, Patricia, Renée,Valérie, Véronique, Xavier Poirot-Bourdain, Xine et bien d’autres…

Portée en scène par les voix de Nadia N’Nonga (Suzanne), Katia Kowalski (Joël et Samir), Omontayo Bada (Johanna), Carole Lai Tong (Karen), Michel Vadé (Richard), les narrateurs et le public.

Avec Abdel Tebaa (oud), Karen Medina (photo et vidéo), Geneviève Flaven (mise en scène), Didier Mazé-Launay (coordination logistique) …

Remerciements : Astrid Perroy, Yann Sieffert, Carol Poméon, Sarah Bussy, Benoît Monneret et les aides ponctuelles

A la mémoire de Géraldine M.

99 voix Habitat et Humanisme 2020