Writing workshops: embark on the adventure of writing (en – fr)

writers

englishfrench

English version

Writing workshops: embark on the adventure of writing

The goal of Phase 2 of the 99 Project is to write out theatrical snapshots; this phase will start in June 2016. The 60 participants who registered as writers will be split into small groups to turn the interviewees’ life stories collected by our interviewers into text.

Where are we now?

Writers groups are supported by trained facilitators

Writers, novice or experienced, will be divided into small groups of 8 to 10 people, each group working in one language: 3 groups in French, 2-3 groups in English, 1-2 groups in Chinese.

The composition of the groups will be finalized and communicated to participants around May 21, 2016.

Workshops will take place on weekends in different districts of Shanghai (e.g., Jing’an, French Concession) and will last two hours. From June to October, 6-7 workshops will be organized, led by a facilitator who will stimulate and support the work of writers. This is aided by the facilitation guide that is currently being prepared.

The planning of the workshop take into account French, US/British and Chinese school holidays.

Facilitators are all volunteers. Their extensive experience in writing (as journalists or writers) will help beginners gain confidence and challenge other writers to go further.

A journey combining literary games, individual work, & team work

Each workshop will consist of two parts:

Discovery: Literary games, simple and fun, individual or collective, will be suggested as warm ups before writing to unleash creativity and explore different techniques. Each workshop will have a special theme: looking for words, mastering the metaphor, writing in the manner of a famous writer, changing perspectives…

Application: Writers will work on the interviews in their language while following the theme of the workshop. They will seek to express the subjectivity of the interviewee according to their own personal sensitivity through fragments of 50 to 150 words starting with “My name is” (the names of the interviewee will not be used) according to the specific format the 99 women play.

How interviews will be used? Will interviewees and interviewers “recognize” themselves in the snapshots?

Yes, because life stories will be the starting point of the writing process: a word, a sentence, an image, a life episode.

No, because, writing about the “self” is a form of fiction. “As soon as truth has more than five lines, it is a novel,” said the French writer Jules Renard.

The innovation of the 99 Project (which has no ethnographic nor sociological purpose) is precisely to explore the fictional and interpersonal nature of identity. What somebody says is received by the host though the filter of his/her own imagination. Subjectivities resonate, and this encounter is sincere but not void of personal interpretation.

Please find below some examples extracted from the 99 women play. They reflect different ways of writing and mingle truth and interpretation

The biographical line

I’m Nicole. I became known in the feminist circles of the early 1970s by coming up with one of the first slogans for the Movement for the Liberation of Women: « workers of the world, who washes your socks? ». Later I became a creative director in a big advertising agency and won a prize for the famous tagline « Omo is here, dirt goes away! ».

我叫妮可。1970年代初我在女权界小有名气,因为我是率先挂出解放妇女运动标语的几人之一:“在所有国家都是无产阶级,谁来给你们洗袜子?”后来我成为一个大广告公司的设计总监,还因为出名的广告语而获奖:“有奥妙,没污渍”。

In this snapshot, I speak about a 60 year old woman who is actually a famous copywriter in advertising. However, I changed the detergent brand (it is not Omo) and invented the shift from feminism to advertising to reflect the evolution of many business women of her generation.

Starting from an object

I’m Pauline. I lost a blue cardigan when I was six and missed it for a long time. Later, I gave my father a marine blue pullover that he wore to the end of his life.

我是宝琳。6岁的时候我不小心丢了我的蓝毛衣,为此懊悔了好久。后来,我送给我父亲一件海军蓝毛衣,他直到去世前都一直穿着。

In this snapshot, everything is “true” but I combined two stories that have a blue sweater in common.

The influence of the context

My name is Yin. I was born in 1974 north east of Ningbo. That year, the one-child policy put in place for family planning led to several million abortions, according to official statistics. My father used to tease me by saying that I was a miracle child.

我叫小茵,1974年生于宁波的东北角。那一年国家开始推行计划生育,据说造成了几百万人去打胎。我爸爸老是逗我说我的出生实属侥幸。

In this snapshot, everything is “true” but I changed the place of birth and develop the historical context for a better understanding.

A specific episode

I’m Jeanne. In the Palatino I met a young man who kissed me impetuously between two carriages. Two weeks later, we had been lovers for a fortnight.

我叫让娜。我在帕拉迪尼邂逅了一切年轻人,他在两节车厢之间与我热吻。两周后,我们在一起已经半个月了。

In this snapshot, everything is “true.” I just write it in a different way, distorting the time perception.

An attitude in life

I’m called Silke. I was born single and have remained so. In my circle, they used to say that it was not natural to live alone. But the feeling of solitude was a fertile emotion and the surest thing that drove me. It pushed me in a thousand and one ways to reach out to the world.

我叫希尔科,从出生就是单身,一直到死。在我所生活的地方,一个人生活是不正常的。但是孤独感在我心里生根发芽,成为我最强大的动力,用无数的方法推动我去接触这个世界。

In this snapshot, everything is “true.” The starting point was a quote: « I was born single and have remained so» that I simply developed.

From snapshots to theater (phase 3)

The last two writing workshops will be devoted to reading and improving texts to produce character’s lines adapted to theater.

All snapshots will be published on the website www.the99project.com even though, given the quantity of snapshots that will be produced, all the snapshots may not be integrated in the future plays.

The editors of future plays will be chosen preferably among the facilitators of writing workshops based on their motivation and their availability between October and December 2016.

The editors will discuss different editorial projects (the topics to be selected, the succession of scenes) and then select the snapshots on the agreed project(s). They will as well handle the translation of fragments with perhaps the help of external translators. Today, it is too early to know how many pieces will be written and what will be their content. For this, we must first write!

Geneviève Flaven


Version française

Ateliers d’écriture : se lancer dans l’aventure de l’écriture

La phase 2 du projet 99 (Ecriture des fragments) commencera en Juin 2016. Les 60 participants inscrits comme écrivains seront répartis en petits groupes autonomes pour transformer les histoires de vie racontées par les interviewées et recueillies par les interviewers en répliques de personnages de théâtre.

Où en sommes-nous ?

Des groupes d’écrivains soutenus par des animateurs formés à l’animation des ateliers d’écritures

Les écrivains, débutants ou confirmés, seront répartis en petits groupes autonomes de 6 à 10 personnes, chaque groupe travaillant dans une langue : 3 groupes en Français, 2 ou 3 groupes en Anglais, 1 ou 2 groupes en Chinois.

La composition des groupes sera finalisée et communiquée aux participants autour du 21 mai 2016.

Les ateliers ont lieu le week-end dans différents lieux de Shanghai (Jing’an et French Concession) et durent deux heures.

De juin à Octobre, 6 à 7 ateliers seront organisés, animés par un facilitateur, chargé de stimuler et d’accompagner le travail des écrivains grâce à un guide d’animation en cours de préparation.

Le planning des ateliers tient compte des vacances des communautés françaises, anglo-saxonnes et chinoises.

Les facilitateurs sont les personnes qui se sont déclarés volontaires pour cette activité. Ils ont tous une expérience approfondie de l’écriture (comme journaliste ou écrivain) de manière à aider les débutants à prendre confiance et les écrivains confirmés à aller plus loin.

Un cheminement vers l’écriture alliant jeux littéraires, travail individuel et collectif et rédaction des fragments

Chaque atelier comprendra deux temps :

Découverte : on proposera des jeux littéraires, simples et ludiques, individuels ou collectifs, pour se préparer à l’écriture, libérer sa créativité et explorer différents aspects du travail d’écriture. Chaque atelier aura un thème privilégié : élargir son champs sémantique, filer la métaphore, écrire à la manière d’un écrivain célèbre, changer de point de vue…

Application: les écrivains travailleront ensuite sur les interviews rédigés dans leur langue en fonction du thème de l’atelier. Ils chercheront à rendre compte de la subjectivité de l’interviewé, en fonction de leur propre sensibilité d’auteur au travers de fragments de 50 à 150 mots commençant par « je m’appelle » (les prénoms seront tous changés) selon par le format particulier de la pièce 99 women.

Comment seront utilisées les interviews ? Interviewés et interviewers se reconnaitront-ils dans les fragments ?

Oui, car les récits de vie individuels seront le point de départ de l’écriture : un mot, une phrase, une image, un épisode de vie. Non, car toute écriture de « soi » contient une part de fiction. «Dès qu’une vérité dépasse cinq lignes, c’est du roman», affirme l’écrivain français Jules Renard. L’innovation littéraire du projet 99 (qui n’est pas un projet à vocation ethnographique ou sociologique) est précisément d’explorer la nature interpersonnelle et fictionnelle de l’identité. Ce que l’on dit de soi est toujours perçu par celui ou celle qui le reçoit selon son propre imaginaire. La résonnance des subjectivités est une rencontre, à la fois sincère mais traversée de temps en temps par l’interprétation.

Voici quelques exemples tirés de la pièce 99 women qui suivent différents lignes d’écriture et mêlent vérité et une part de fiction.

Le fil biographique

Je suis Nicole. Je me fis connaître des milieux féministes du début des années 1970 en pondant l’un des premiers slogans du Mouvement de Libération des Femmes : « prolétaires de tous pays, qui donc lavent vos chaussettes ? ». Je devins plus tard conceptrice-rédactrice dans une grande agence de publicité et obtins un prix pour le message célèbre: « Omo est là, la saleté s’en va! ».

Dans ce fragment : il s’agit bien d’une femme de 60 ans, rédactrice conceptrice célèbre à Paris mais j’ai changé le slogan qui l’a rendu célèbre (ce n’était pas « Omo » mais un autre marque de lessive) et j’ai voulu au travers du récit imaginaire de son engagement féministe à la publicité montrer une évolution assez typique des femmes d’affaires de sa génération.

A partir d’un objet chargé de signification

Je suis Pauline. J’ai perdu un cardigan bleu à l’âge de six ans que j’ai regretté longtemps. Plus tard, j’ai offert à mon père un pull marin bleu qu’il porta jusqu’à son dernier jour.

Dans ce fragment, tout est « vrai » mais j’ai combiné deux récits distincts qui avaient en commun le même objet (le pull bleu).

L’influence du contexte historique

Mon nom est Yin. Je suis née en 1974 au nord-est de Ningbo. Cette année-là, la politique de l’enfant unique menée par le planning familial provoqua plusieurs millions d’avortement selon les statistiques officielles. Mon père disait pour me taquiner que j’étais une miraculée.

Dans ce fragment, tout est « vrai » mais j’ai changé la ville de naissance et introduit un élément de contexte historique pour une meilleure compréhension.

Un événement particulier

Je m’appelle Jeanne. Je rencontrai dans le Palatino un jeune homme qui m’embrassa fougueusement entre deux wagons. Deux semaines plus tard, nous étions amants depuis quinze jours.

Dans ce fragment, tout est « vrai », mais la distorsion du temps est un effet de style.

Une opinion sur l’existence

Je m’appelle Silke. Je suis née célibataire et le suis restée. On soutenait dans mon milieu que vivre seul n’était pas naturel. Pourtant le sentiment de solitude fut une émotion féconde et mon moteur le plus sûr. Il m’a poussé de mille et une façons à aller vers le monde.

Dans ce fragment, tout est « vrai ». Le point de départ a été la citation : « Je suis née célibataire et le suis restée » que j’ai ensuite développée.

Des fragments à la pièce (phase 3)

Les deux derniers ateliers d’écriture seront consacrés à la lecture et à l’amélioration des textes pour en faire de répliques adaptés au théâtre.

Tous les fragments seront publiés sur le site www.the99project.com même s’il est probable, compte tenu du volume qui sera produit par les écrivains, que tous les fragments ne seront pas repris dans les futures pièces.

Les éditeurs des futures pièces seront choisis de préférence parmi les facilitateurs des ateliers d’écriture en fonction de leur motivation et de leur disponibilité entre octobre et décembre 2016.

Ils réfléchiront ensemble à des projets de pièces (les thèmes à retenir, le découpage des scènes) puis composeront la ou les pièces en fonction des projets retenus. Ils s’occuperont aussi la traduction des fragments avec sans doute l’aide de traducteurs extérieurs. Pour l’heure, il est encore trop tôt pour savoir combien de pièces seront écrites et quel sera leur contenu. Pour cela, il faut d’abord écrire !

Geneviève Flaven

[back to the top]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *